Du plus loin que je me souvienne, mon premier savon artisanal venait d'un sac bien rangé sous le lit d'une famille d'Alep... En fait, ce ne fut certainement pas mon premier savon artisanal... mais c'est bien le premier qui a autant compté pour moi... il a si bien compté que j'en garde précieusement un morceau dans ma réserve personnelle de savons, depuis presque 10 ans! Il n'a pas bougé, il se bonifie avec le temps, sa couleur est plus mûre, son parfum plus prononcé... son coeur toujours aussi vert...

Il n'y a qu'une seule chose qui m'a toujours fait avancer dans la vie, et même dans les moments les plus sombres, ne m'a jamais quittée: l'AMOUR!

Dans ce post, il ya du savon mais il ya surtout des souvenirs indéfectibles... et ils m'empèchent de dormir ces derniers mois...

Je me souviens de tout l'amour que j'ai reçu dans cette ville... ALEP... à chaque fois que je regarde mon bout de savon, je ne peux me résoudre à m'en servir!

Je me souviens de tous ces fous-rires à la citadelle, de cette folle soirée dans une grotte pour la Sainte Polyana, de ces bottes à talons de 15cm que mon ami Wael avait réussi à me faire acheter et que je n'ai jamais portées ;-) des grandes discussions en français au coin du poële avec Ilias, ingénieur des ponts et chaussées... des petits-déjeuner au fromage aigre, olives et oeuf dur sur les toits des immeubles, du "jardin des chiens", des 1000 églises et 1000 confessions de cette ville "musulmane", d'une nuit sur la balançoire, du labne à la graisse d'oie, du kébbé de Minerva, des pamplemousses géants des avenues... je me souviens de beaucoup, de tout, de trop... et puis...

Je me souviens aussi d'une ville se préparant à la Saint Valentin, une ville revêtissant une parure rouge et scintillante annonçant "3aid el Hobb"... il y faisait froid... je me souviens de cette mosquée vide qui avait été bombardée... c'était une ville silencieuse et intimidante... C'était HAMA.

Je me souviens du menuisier aux pigeons nous y accueillant simplement, sans détours... nous tendant la main pour admirer d'en dessous les célèbre Norias... je me souviens de ce dialogue muet, mais pourtant si animé, autour d'un carré en papier en 5 morceaux que nous n'arrivions jamais à assembler (d'ailleurs je n'y arrive toujours pas héhéhé)...

Je me souviens de cette route magnifique et si longue, si longue... c'était la route de HOMS...

Que dire de plus??? que faire??? je pourrais parler du savon d'Alep, le meilleur savon du monde, l'ancètre de la saponification à froid, notre maître à tous... de cette tradition du Hammam, née à Alep et dans ses bimaristan, centres de cure médicales... De la Syrie, le pays de "l'entre-2"... entre le Tigre et l'Euphrate... berceau de notre civilisation...

Mais à vrai dire, ce qui me domine aujourd'hui, c'est la peur, la consternation, la douleur... de voir ce pays que j'aime tant s'enfoncer, de voir cette population se faire massacrer, de ne pas avoir de nouvelles, depuis quelques mois, de ces gens qui nous ont accompagnés dans un moment de vie et en ont fait un réel bonheur... ces amis qui nous sont restés si proches... un bout de mon coeur s'arrache... bientôt un an que je m'inquiète... en me raccrochant à un bout de savon!

Que dire de plus? que faire?...juste une humble dédicace à qui se reconnaitra dans ce post...